facebook twitter
FR | EN

Consternant: Le nouveau fonds media du gouvernement conservateur !

Le ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, James Moore, a annoncé lundi la création du Fonds des médias du Canada, destiné à améliorer l’offre d’émissions et de contenu canadien sur toutes les plateformes médias.

Ce nouveau fonds, qui sera opérationnel d’ici le 1er avril 2010, naîtra de la fusion par le gouvernement conservateur du Fonds canadien de télévision et du Fonds des nouveaux médias du Canada.

Ces deux fonds continueront cependant de fonctionner normalement jusqu’à l’entrée en vigueur officielle du Fonds des médias du Canada, au printemps 2010.

Le mandat de ce nouveau fonds fusionné sera « d’assurer la production d’émissions canadiennes de qualité et leur diffusion sur une multitude de plateformes », selon un communiqué publié par Patrimoine Canada.

Compte tenu des sommes déjà prévues dans le budget 2009 du gouvernement conservateur et de 20,4 millions de dollars supplémentaires qu’il consacrera chaque année à la radiodiffusion canadienne, Ottawa dépensera au total 134,7 millions de dollars par an dans ce domaine au cours des deux prochaines années.

Quatre objectifs visés

Cette fusion des fonds existants en matière de production télévisuelle et de nouveaux médias vise avant tout, selon le ministre Moore, à « permettre aux producteurs et aux radiodiffuseurs de se concentrer sur leurs activités fondamentales, c’est-à-dire créer, divertir et rassembler les Canadiens ». La création de ce nouveau fonds poursuit par ailleurs quatre objectifs soit:

– Assurer une saine gouvernance et une reddition de comptes efficace
– Récompenser le succès et encourager l’innovation
– Investir en fonction de ce que veulent les Canadiens
– Équilibrer les règles du jeu
Fait à noter, le nouveau Fonds des médias du Canada sera doté d’une structure différente. Désormais, aucune part ou montant d’argent ne sera garanti pour la télévision publique dont Radio-Canada/CBC.

Selon les explications du ministre Moore, qui a fait l’annonce en point de presse sur un plateau de télévision de Toronto, les sommes du Fond des médias du Canada seront désormais distribuées, en quelque sorte, au mérite.

M. Moore a expliqué que l’argent du fonds ira certes à des émissions canadiennes, mais aux émissions qui rejoignent le plus de Canadiens possible, peu importe leur provenance, qu’elles soient publiques ou privées. Le fonds entend également financer les projets diffusés sur des plateformes diverses, comme Internet.

Or, de quelle façon et qui déterminera les émissions qui seront admissibles au Fonds des médias du Canada ? Il semble que ce sera au conseil d’administration du fonds qu’incombera cette tâche, a précisé le ministre, sans s’étendre davantage sur le sujet.

Une mauvaise nouvelle pour Radio-Canada

Dans son allocution, le ministre du Patrimoine a aussi annoncé que l’enveloppe garantie à Radio-Canada à partir de ces fonds sera supprimée, dans un souci « d’équilibre des règles du jeu ».

« Tous les radiodiffuseurs seront sur un même pied d’égalité, qu’il s’agisse de radiodiffuseurs pédagogiques provinciaux ou de Radio-Canada/CBC, dont le budget réservé sera éliminé », précise Patrimoine canadien sur son site Internet.

Dans le même communiqué, Patrimoine canadien précise également que le nouveau Fonds des médias du Canada sera admissible à plus de partenaires affiliés aux radiodiffuseurs et que les productions internes des radiodiffuseurs seront désormais permises.

SOURCE : www.radio-canada.ca avec Presse canadienne

D’autre part, voici un extrait du communiqué de l’APFTQ sur le sujet :

Les producteurs indépendants craignent un recul de la diversité de l’offre télévisuelle.

L’Association des producteurs de films et de télévision du Québec (APFTQ) déplore que l’accès au nouveau Fonds des médias du Canada soit basé en priorité sur des critères d’audience et de rentabilité. Selon les producteurs indépendants, ces nouvelles règles feront diminuer l’offre télévisuelle en contenus culturels de haut niveau, notamment en documentaire, variétés et arts de
la scène et émissions pour enfants. Cette perte de diversité dans les choix disponibles aux téléspectateurs inquiète vivement le milieu de la production télévisuelle québécoise. « Bien que nous apprécions le renouvellement du financement fédéral pour deux ans, nous sommes très déçus de la transformation que subira le Fonds canadien de télévision lors de la création du Fonds
canadien des médias en raison de l’orientation beaucoup plus commerciale des nouveaux critères, de la gouvernance par les distributeurs de radiodiffusion, et de l’accès élargi pour la production interne et affiliée des diffuseurs » a déclaré Claire Samson, présidente-directrice générale de l’APFTQ. « Il est déplorable qu’on choisisse de changer les règles d’un fonds qui fonctionnait bien, qui servait les Canadiens avec une grande diversité de contenus de qualité et un sens de l’équité pour tous les joueurs de l’industrie : production indépendante, chaînes publiques, privées, éducatives ou commerciales» a poursuivi Mme Samson.

L’APFTQ s’inquiète particulièrement de l’impact négatif appréhendé pour le documentaire, les variétés et arts de la scène, ainsi que les émissions pour enfants. En attribuant les enveloppes aux diffuseurs sur la base de l’auditoire, on pénalise d’emblée les chaînes éducatives et culturelles, ainsi que certains genres dont la cote d’écoute plus faible n’est en rien liée à la valeur culturelle des émissions. La notion de rentabilité sur l’investissement n’est pas toujours compatible avec les objectifs culturels que la Loi sur la radiodiffusion poursuit en définissant des genres sous-représentés auxquels nos politiques publiques
doivent accorder la priorité.

Commentaire non disponible.