facebook twitter
FR | EN

RÉDUCTION DES CRÉDITS D’IMPÔT : DOC QUÉBEC DEMANDE L’EXCEPTION CULTURELLE

POLITIQUE

mobilisation-200x200Montréal le 18 juin 2014 – La nouvelle des coupures dans les programmes de crédit d’impôt annoncée lors de la présentation du budget le 4 juin dernier a eu l’effet d’une bombe sur un milieu déjà en péril. DOC Québec qui représente plus de 130 producteurs, réalisateurs et artisans œuvrant dans le domaine du documentaire souhaite joindre sa voix à celles des autres associations professionnelles de la culture et demande à Madame Hélène David, Ministre de la Culture, de faire valoir « l’exception culturelle » auprès du gouvernement québécois afin que le milieu puisse continuer de bénéficier de cette importante contribution à son financement.

Le Québec est reconnu comme un pionnier de la création documentaire à travers le monde et demeure un creuset de talents incontesté à l’heure où la relève est plus effervescente que jamais.

Au cours de la dernière décennie, le financement du documentaire est devenu de plus en plus difficile alors que les gouvernements fédéral et provincial ont sabré les budgets de plusieurs de ses plus importants partenaires tels Radio-Canada, Télé-Québec et l’ONF – quand ils n’ont pas tout simplement aboli certains fonds comme le Fonds canadien du Film et de la Vidéo indépendante (FCFVI). Ni les chaînes de télévision (les plus importants investisseurs en documentaire) ni les institutions de financement telles que la SODEC, le Conseil des arts et des lettres du Québec ou le Fonds des médias du Canada ne pourront pallier la réduction annoncée des crédits d’impôt. Dans un contexte où les documentaristes ont vu leurs salaires stagner depuis de nombreuses années, où ils se voient même souvent contraints de les investir dans leurs productions pour boucler les budgets, ces nouvelles coupures représentent une très grande menace.

Malgré toutes difficultés qu’il connaît, le milieu culturel – dont la production de documentaires – demeure un important employeur au Québec et les impôts payés par tous ceux qui œuvrent dans ce domaine viennent compenser les crédits obtenus par les productions. C’est un soutien essentiel compte tenu des problèmes de rentabilité liés à un marché restreint comme le nôtre. De plus, il faut ajouter que la situation pour les documentaristes n’est pas comparable aux autres industries qui subissent une coupure de crédit d’impôts. Nos budgets sont très différents de ceux des compagnies minières, pétrolières ou de hautes technologies.

DOC Québec demande au gouvernement de ne pas couper le programme des crédits d’impôt pour les industries culturelles, et aussi de réitérer son soutien à la culture en garantissant le financement adéquat des institutions que sont Télé-Québec, la SODEC et le Conseil des Arts et des lettres du Québec. Il en va de l’avenir de notre cinéma et de notre culture.

Les membres du comité exécutif de Doc Québec se proposent de collaborer avec le gouvernement québécois pour réfléchir sur ces enjeux et trouver des solutions viables pour tous à long terme.

Commentaire non disponible.